Vers un monde nouveau

Inverser la thèse du changement ..

Essai interdisciplinaire

Ecologie, économie,politique... C’,

Economie : Pour une meilleure planification?

Il n'y a pas de secret à ce niveau

Un atome luit dans la nuit

Interdisciplinarité : la "poésie" doit y être intégrée..

jeudi 22 juin 2017

Penser sa civilisation


3- Le Savoir, défi d’une époque en besoin

Dans notre société en proie à diverses transformations, nous avons plus que jamais la possibilité d’apporter un savoir-faire. Le savoir-vivre se nourrit du savoir-faire. Le savoir-faire par ailleurs est instruit par la connaissance.

Mais de quelle connaissance parle-t-on ? Nous avons besoin de marier la connaissance religieuse à la connaissance « profane», tels que la science, la philosophie, l’art. Pourquoi ? Parce que tous ces domaines en apparence « profanes » porte in facto une dimension sacrée pour le croyant. Ils ne sont pas dénués de sens. Ils sont des outils à notre disposition pour porter quelque chose. Ils sont des canaux qu’il ne faut point déserter, pour mieux « être » dans le monde.

Les anciens avaient naturellement cette capacité de marier à la fois, le religieux, et le commerce, le religieux, et l’artisanat, le religieux et l’art, etc . Nous avons aujourd’hui à s'engager pleinement dans ces domaines de connaissances, si précieux.

La médeçine, la sociologie, l’anthropologie, mais aussi les sciences plus « modernes », tels que le management, la mercatique, la finance, doivent être valorisés, au nom même de la religion.

Le premier verset qui a été révélé, c’est « Iqra ».  La lecture, a besoin de retrouver sa place, la lecture du Coran, puis la lecture des ouvrages en général, la littérature, le théâtre, la poésie. (Il ne s'agit pas d'études ou de diplômes seulement, mais de désir d'apprendre).

Dans nos pays musulmans, nous avons aussi accepté la guerre, parce que nous ne savions plus résister autrement. Résister à l’influence néfaste d’une mondialisation devenue mondialisme. Résister face au capitalisme que certains de nos gouvernements acceptent sans aucune contrepartie. Résister à la propagation des idées immorales par manque d’éducation spirituelle pour nos enfants. Résister face à l'abêtissement des foules procuré par le masque du football ou de la chanson internationale.

Ne nous reste-il pas qu’à commencer ?

Le dialogue intérieur - (extrait) page 6. (2013- 2017).

mardi 13 juin 2017

Retrouver des repères (sociologie)

Ré-humanisation, spiritualité, solidarité...

Lorsque les problématiques économiques ne sont pas résolues, il y’a de fait des tensions sociales. Les conditions de travail n’étant plus équitables, les tensions sociétales, dans l'univers du travail, entre-autres, augmentent, et ce un peu partout dans le monde.
Cependant, ce n'est pas ça qui conduit une civilisation vers la décadence. Si une situation économique survient comme une crise, et qu’il n'y a pas de « bouet », telles que les valeurs de respect, d’humanité, d'équité ..., alors, il y’a déclin, et voire "déroute"...La problématique dans notre société, à la base, n’est pas économique, la « crise » est une goûte qui fait déborder le « vase », la problématique est l’absence d'une « base » solide qui constitue un "socle civilisationnel".
Sur quoi repose l’occident, la "république" ? quel(s) vecteur(s) spirituel(s) pour élever l’individu sans le faire plonger dans l’individualisme? La "république" seule n’empêche pas l'individualisme, ou n'instaure la paix dans les ménages...
La laïcité est un espace légal, mais régit-elle les cœurs ? La république est un ensemble de valeurs, certes, mais libèrent-elles les âmes ?
Ce dont les hommes et femmes ont besoin, c'est précisément quelque chose qui les fasse rêver le jour, et donner la paix en fin du jour. Une pensée de l'esprit vers le céleste des étoiles, qu'ils peuvent contempler. Ce qui leur apporte l'énergie de s'élever intérieurement et de patienter. En somme, à une certaine forme de Transcendance.
Telles sont les questions de fond de notre ère en quête de repères.
Mohamed BEN OUIRANE.
(2016.)

mercredi 7 juin 2017

Changer le "système" (Mise à jour)


Contribuer pour bâtir...

La thèse de cet écrit (Vers un monde nouveau), c'est l'idée que l'Homme changeant, alors, ce qu'il produit change. Le cœur de l'Homme est l'artisan du changement. S'il "travaille" sur lui-même; ce qu'il fera ne pourra être que meilleur. Ce qu'il produira ne pourra être que bénéfique. Ce qu'il bâtira ne pourra être que constructif. Il est en de même avec le système social. On ne cesse de remettre en cause ce système, ses acteurs, ses interactions.  Le système n'est que le fruit des agissements humains qui l'on nourris au fil du temps. Pour le changer vers le mieux, c'est l'humain qui devra chercher une certaine lumière à l'intérieur de soi.

Cette idée de changer le système n'est pas nouvelle, elle est ancienne comme l'Humanité, "changer pour le meilleur" est inscrit dans la nature humaine. 

Changer est alors à la portée de tous et de chacun. Cela se concrétise par devenir un porteur ou un acteur de projet dans notre société-monde:

- La lutte contre la pauvreté.
- La préservation de la biosphère et l'écologie.
- Le combat contre les inégalités.
- La réduction de la faim dans le monde.
- L'Humanitaire et la santé.

On peut y rajouter l'éducation...

Mbo.

Plaquette: https://drive.google.com/file/d/0BwAtNHdai46WVDcwR2trUG1rcXM/view?usp=sharing


mardi 16 mai 2017

Identifier la « crise de spiritualité » (Pensée philosophique)


Identifier la « crise de spiritualité »

La pensée que l’Homme doit produire à partir du cerveau, de la science, de la technologie, en érigeant le cerveau comme l’organe suprême qui le constitue, a fondé une société d’hommes et de femmes "super intelligents", mais incapable de raisonner seul, en conscience, et de tolérer…cette société a, sans trop exagérer, façonner des "homotecnicus", où l’absence de lumière intérieure, a modelé des petits dictateurs idéologiques, sans sentiment, « absent ».

Depuis que la laïcité a combattu le christianisme, les sociétés occidentales se sont vues emportées par des sciences « cognitives » érigées en modèle de développement de la pensée. Dans les sociétés arabo-musulmanes, surtout dans le passé (hélas!), l’intelligence scientifique est un "outil" de la pensée, il en ne peut être le "dogme". Elle est un savoir mais un savoir en vérité sans valeurs, si elle n’est pas éclairée par une conscience qui la dicte.

Instruire les plus jeunes à la serviabilité, à l’altruisme, à l’attention d’autrui, nécessite de revenir au sens de l’esprit résidant en l’Homme, où la dimension de l’intelligence implique, que l’on soit d’Orient ou d’Occident, celle du cœur, artisan du changement, première action, vers un monde meilleur.

Mbo.

lundi 8 mai 2017

La raison, l’esprit pour l'avenir (élections françaises)


Au-delà d’un "soulagement" évident, vis à vis de l'extrême droite, (pour une nation qui mérite mieux que ses politiques depuis bien des années) ce n’est pas un "vote par le haut" qui changera le visage de la de nation "France". Un vote changera la société seulement lorsque que les éléments à l’intérieur de ce système qu'est la société, changent. Lorsque le cœur et l’esprit et les idées évoluent, quand chacun et chacune prend sa responsabilité. Ethique, personnelle, de solidarité. Moins de démunis, plus d’équité, plus de justice. Ce sont ces défis qui feront des citoyens des êtres créatifs au sein de l’Humanité.

C’est lorsque les champs ne seront plus labourées par les « germes de l’égocentrisme », et que la quête de la « paix des braves » prendra le dessus sur les ferrailles mentales de la bêtise, qu’il sera possible de regarder en face le tracé de ces sillons.

Lorsqu'il y'aura moins de malades, moins de "perdus", moins d’incarcérés, moins de failles morales, que la société française comme d’autres sociétés dans le monde, construira le « cursus honorum » de son histoire, permettant et espérant alors, un plus joyeux avenir. L'espoir est de mise bien-sûr, mais il est de mise par essence, cependant, il ne doit pas faire fi de l'action à mener, de manière quelque peu lucide et totalement responsable.

Mbo.






vendredi 5 mai 2017

Forces de l'Art



Voici le temps venu de l'art
Portant sur les lèvres du regard
Piqûre d'amour son dard
Epelle son effigie et part.

Part vers un public ouvert
Cherchant le souffle de ses paires
Caressant les oreilles mères
De ses doigts fins pénétrants.

Voici venant le temps de l'art
Quête vers l'infini du soupir
Où s'ouvrent des souvenirs diurnes
Peintures ou poèmes sûrs.

Chaque fois que le temps se hisse
Sur nos épaules déposant son insigne
Le matériel et l'argent de gens riches
Pourraient se sentir indigents.

Sa force dévorante si présente
Prenant tous les corps qui résistent
Art, esprit, coeur, culture et risques
Aimer, sentir, ressentir et croire.

Art, quand tu ressors de tes abîmes
La beauté de ton coffre fort
Est venu ton temps pour que s'expriment
Les êtres humains voient venir ton renfort!

Mohamed Ben Ouirane
(texte de 2007)

mercredi 3 mai 2017

Réfléxions & pensées (élèctions françaises)


*On devrait remplacer et mettre le "E" à la place du F:  "Escroquerie nationale". Auquel, il faudrait rajouter le génie intellectuel : "la Chine devrait sortir de l'union européenne". (on aurait entendu dire cet exemple...)

*Le score à toujours été le même, mais compte tenu de la conjoncture économique et la division politique, mais aussi le système démocratique défaillant, la vapeur fait du bruit.

*L'abstention favorise mécaniquement le vote de l'extrême droite.

*Pour un peuple si L'ultralibéralisme est un fléau, le racisme est un cancer.

*L'"éducation nationale" n'a plus de réalité que le nom, réduit à un portefeuille ministériel naturellement ? Trop peu d'"éducation" et une ampleur pas assez nationale...

(...)

vendredi 21 avril 2017

Parfums de l'aumône.


Chers amis, je vous fais part de ce recueil de dix poèmes écrits autour de la spiritualité sur la nature qui nous inspire et nous conduit vers le divin
bonne découverte.

Vous pouvez le recevoir gratuitement en version numérique:
http://www.mohamedbenouirane.org/p/newsletter.html



vendredi 7 avril 2017

Des échanges transculturels en essor

"A force de se chercher, l'Orient et l'Occident finiront par se retrouver"...j'avais lu cela sur une pochette  retrouvé dans mes dossiers...j'avais trouvé cette phrase intéressante, je pense aujourd'hui bien plus : L'Orient et l'Occident n'ont pas besoin de se chercher, leurs points communs à défaut de ne plus "sauter aux yeux" -en raison des pressions médiatiques, sont bien réels.
D'abord sur le plan culturel, nous voyons aujourd'hui que le patrimoine hérité en Europe ou en Amérique s'est nourrit d'immigrations et de migrations au fil du temps. Par ces voyages, les populations ont importé leurs cultures et les ont mélangées aux cultures locales. N'est ce pas là la naissance par exemple à l'époque des  "Etats" qui se sont.."Unis" ?
L'Orient et l'Occident s'entrecroisent tous les jours au delà des enjeux politiques et géostratégiques qui sont bien réels, il existe en vérité une aspiration des peuples d'Orient et d'Occident à vivre en paix, en harmonie et échanger ainsi leur richesses culturelles et faire connaître leur héritages traditionnels voire spirituels. Le nombre de rencontres, de festivals, d'expositions, de films n'ont pas cessé de se multiplier les dernières années. Selon l'adage bien connu: un arbre fait du bruit lorsqu'il tombe, mais une forêt pousse en silence.

Par ailleurs en Orient, les populations vivent et entretiennent un rapport privilégié avec les idées de l'Occident,  les habitudes de consommation ainsi que les loisirs font partie intégrante d'un mode de vie aujourd'hui "à l'Oriental". Il existe en vérité un attrait commun des deux, de l'un pour l'autre, de l'un vers l'autre fruit d'une longue histoire mélangée.

Des défis de notre monde qui dépassent et demandent de dépasser l'origine et l'ethnie des Hommes!...

benouiranemohamed [at]gmail.com


vendredi 31 mars 2017

L'encre de notre civilisation

Retrouver de vrais repères

Lorsque les problématiques économiques ne sont pas résolues, il y’a de fait des tensions sociales. Les conditions de travail n’étant plus équitables, les tensions sociétales, dans le monde du travail, entre-autres, s’accroîent.
 
Cependant, ce n'est pas ça qui conduit une civilisation vers la décadence. Si un problème économique survient comme une crise, et qu’il n’ya pas de « bouet », telles que les valeurs de respect, d’humanité, d'équité ..., alors, il y’a déclin, et voire "déroute"...La problématique dans notre société, à la base, n’est pas de nature économique, la « crise » est une goute qui fait déborder le « vase », la problématique est l’absence d'une « base » solide qui constitue un "socle civilisationnel".
 
Sur quoi repose l’occident, la "république" ? quel(s) vecteur(s) spirituel(s) pour élever l’individu sans le faire plonger dans l’individualisme? La "république" seule n’empêche pas l'individualisme, ou n'instaure la paix dans les ménages...
La laïcité est un espace légal, mais régit-elle les cœurs ? La république est un ensemble de valeurs, certes, mais libère-t-elle les âmes ?
Ce dont les hommes et femmes ont besoin, c'est précisément quelque chose qui les fasse rêver le jour, et donner la paix en fin du jour. Une pensée de l'esprit vers le céleste des étoiles, qu'ils peuvent contempler. Ce qui leur apporte l'énergie d'aimer, et de patienter. En somme, à une certaine forme de Transcendance.
Telles sont les questions de fond de notre ère, en perte mais non-définitive, de repères.
Mbo.
Ecrit il y'a un an.

S'abonner